Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

18. Les disciples de Jean et les Séparés (Pharisiens) observaient le jeûne. On vint demander à Jésus :

- Pourquoi les disciples de Jean et ceux des Séparés jeûnent-ils, et non les tiens ?

19. Il répondit : - Lors d’une noce, est-ce que les garçons d’honneur jeûnent quand le marié est avec eux ? Tant qu’il est avec eux, non, ils ne peuvent pas jeûner. 20. Mais un jour viendra où le marié leur sera enlevé. Ce jour-là, ils jeûneront. 21. Personne ne rapièce un vieil habit avec une étoffe neuve : le morceau ajouté tirerait sur le reste, le neuf sur le vieux, et la déchirure serait pire. 22. Personne non plus ne met du vin nouveau dans de vieilles outres : le vin ferait crever les outres, il serait perdu et les outres aussi. Au vin nouveau, il faut des outres neuves.

Evangile de Marc 2 18-22 (traduction Bible Bayard)

(Photo en vignette : Noces de Cana, ancienne chapelle du Carmel de Toulouse)

Le contexte

Cette nouvelle controverse avec les scribes ou les pharisiens prend place entre celles concernant le pourvoir de Jésus de pardonner les péchés (Mc 2 3-12) et le fait de manger avec la « racaille » (Mc 2 15-17) et celles concernant le sabbat (Les épis arrachés, Mc 2 23-28, et la guérison de la main d’un paralytique, Mc 3 1-6).

Marc prend bien le soin de noter la tension qui monte entre Jésus et le pouvoir religieux ; visiblement celui-ci espionne Jésus pour établir les pièces à conviction de son futur procès (blasphème, non-respect du sabbat, fréquentations compromettantes) : « Alors les Séparés sortirent et tinrent conseil avec les partisans d’Hérode pour le faire mourir" (Mc 3 6)

Le jeûne

Abstention partielle ou totale d’aliment, le jeûne appartenait aux rites de pénitence ou de deuil. Le nombre de jours de jeûne se développa au cours de l’Ancien Testament et, à l’époque de Jésus, les pharisiens, auteurs des 613 règles accompagnant la Torah, et les disciples de l’austère Jean-Baptiste rivalisaient dans le nombre de jours de jeûne, jusqu’à deux fois par semaine. Dans l’Eglise primitive, par continuité avec le judaïsme, la pratique du jeûne s’est maintenue mais apparemment sans obsession particulière. Dans Actes 13 3 et 14 23 le jeûne est pratiqué, associé à la prière, lors du choix des nouveaux ministres ou disciples.

Jeûne et vin nouveau

Jésus et le jeûne

La seule mention de Jésus jeûnant est lorsqu’il demeura quarante jours au désert (Mt 4 1-2 et Lc 4 1-2) ; nous y reviendrons dans le prochain article (« Man hou »). Marc montre dans cette péricope le vif reproche des pharisiens aux disciples de Jésus de ne pas jeûner comme eux. Il ne semble pas que Jésus et ses disciples étaient des adeptes forcenés du jeûne ; on disait même plutôt d’eux qu’ils étaient des « bon vivants ».

Car Jean le baptiseur est venu. Il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin et vous dites : « Un démon l’habite.» Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit et vous dites : « c’est un glouton et un ivrogne, il est l’ami des collecteurs d’impôts et des hors-la-loi. »

Luc 7 33-34 (Trad. Bible Bayard)

La surenchère hypocrite des « bons juifs » a même attiré de la part de Jésus des remarques acerbes :

Vous jeunez ? Ne faites pas une triste mine, comme ces comédiens qui prennent un air renfrogné pour qu’on sache bien qu’ils sont en train de jeûner. Croyez-en ma parole, ces gens-là ont déjà reçu leur salaire. Ainsi, tu es en train de jeûner ? Parfume-toi les cheveux et nettoie ton visage, que personne ne puisse soupçonner que tu es en train de jeûner, sauf ton Père, présent dans le secret. Et ton Père, qui voit le secret, te le rendra.

Matthieu 6 16-18 (trad. Bible Bayard)

Pour Jésus le jeûne est une affaire privée. Il voit dans le risque d’affichage communautaire des déviances possibles. Au moment où il perçoit déjà bien que tout va mal finir pour lui, ce n’est pas le moment d’imposer des jeûnes à son entourage.

Si le jeûne a une connotation de séparation (d’avec les habitudes alimentaires ou autres) il s’assimile alors au deuil « un jour viendra où le marié leur sera enlevé». Ce verset 20 est considéré comme un ajout tardif à la tradition primitive destiné à expliciter 19 ; l’époux est la figure eschatologique joyeuse du salut. Sous une forme prophétique (« un jour viendra »), le verset rappelle la mort de Jésus telle que la célébrent les premiers chrétiens le vendredi (« en ce jour-là »), en particulier par un jeûne.

Les noces de l’époux

Pour l’instant, les disciples ont avec eux l’époux et célèbrent dans la joie les noces de la Parole avec son peuple. Lorsque l’époux disparaîtra, ils jeûneront, seront dans le vide du questionnement.

Il convient non seulement de ne pas jeûner mais aussi d’abonder quand le vin vient à manquer comme à Cana :

Le maître de cérémonie goûte l’eau devenue vin - il n’en sait pas la provenance alors que les serveurs qui puisé l’eau le savent – et il appelle le marié. D’habitude on sert le bon vin en premier, lui dit-il, et quand ils sont ivres le moins bon. Toi, tu gardes le bon pour la fin.

Evangile de Jean 2 9-10 (Trad. Bible Bayard)

C’est le Père lui-même qui invite aux noces du Royaume :

Le règne des cieux c’est ce roi qui prépare les noces de son fils. Il envoie ses esclaves appeler les convives à la noce. Mais les invités ne répondent pas à l’appel … Puis se retournant vers ses esclaves : « la noce était prête, les invités n’étaient pas dignes d’y être conviés. Allez par les rues et invitez tous ceux que vous rencontrerez. » Les esclaves se dispersent. Ils rassemblent tous ceux qu’ils rencontrent, bons ou mauvais, et les convives se bousculent à la noce. Puis le roi fait son entrée. Il vient saluer les convives. C’est alors qu’il aperçoit un homme dans ses habits de tous les jours. Il l’interroge : « Ami, comment as-tu pu entrer sans tes habits de noce ? » … Matthieu 22 2-12 (Trad. Bible Bayard)

Noces de Cana. Huile sur boix, Frans Francken II, dit Francken le Jeune, Anvers 1581-1642. Musée des Augustins à Toulouse

Noces de Cana. Huile sur boix, Frans Francken II, dit Francken le Jeune, Anvers 1581-1642. Musée des Augustins à Toulouse

Aux noces du Fils ils sont tous invités en habits de fête à boire et manger. Le jeûne sera pour plus tard, lorsque le Fils-époux « leur sera enlevé » et ne boira plus avec eux le produit de la vigne jusqu’au moment où le Royaume sera définitivement advenu :

Je vous le dis, désormais je ne boirai plus du produit de la vigne, jusqu’au moment de le boire avec vous, dans le règne de mon Père.

Matthieu 26 29

C’est au cours d’un repas et non d’un jeûne que Jésus institua le mémorial de sa mort-résurrection, partage du pain et du vin, préfiguration des noces définitives de l’Agneau sacrifié avec son peuple-épouse :

Réjouissons-nous, exultons, rendons-lui gloire,

car les noces de l’agneau sont venues,

et son épouse s’est préparée,

il lui a été donné de se revêtir de lin pur, resplendissant ;

oui, le lin, c’est la justice de l’action des saints.

Le messager me dit : « Ecris : Heureux ceux qui sont appelés au repas de noce de l’agneau. » Apocalypse de Jean 19 7-9 (Trad. Bible Bayard)

Agneau vainqueur de l’Apocalypse (14° s.), église de Loupia (Aude)

Agneau vainqueur de l’Apocalypse (14° s.), église de Loupia (Aude)

Jésus et la Loi

Les disciples de Jean s’inscrivent dans l’application rigoureuse de la Loi, comme les pharisiens qui venaient d’ailleurs se faire baptiser et auxquels il disait « engeance de vipères ! » (Mt 3 7-10). Après avoir été « baptisé » par Jean, Jésus s’est éloigné de lui (voir article « En toi je me plais ») sans doute en partie à cause de cela. Il ne s’oppose pas à la loi ; il veut la dépasser, mais à vin nouveau outres nouvelles ! Que veut-il dire ?

Il y incompatibilité entre la façon neuve dont Jésus vit la Loi et les pratiques des pharisiens et même des disciples de Jean. Jésus est tout aussi éloigné des finasseries plus ou moins hypocrites des 613 règles pharisiennes que de l’austère rigueur johannique.

Un jour de sabbat, il traversait un champ de blé. Ses disciples, chemin faisant, arrachaient des épis.

- Regarde ! lui dirent les Séparés (Pharisiens). Pourquoi font-ils ce qui est défendu le jour du sabbat ?

Il leur répondit :

- N’avez-vous jamais lu ce qu’a fait David quand il s’est trouvé dans le besoin ? Quand lui et ses compagnons ont eu faim ? Comment il est entré dans la maison de Dieu, au temps du grand prêtre Abiathar, et a mangé les pains consacrés que personne n’a le droit de manger, sauf les prêtres, et en a donné à ses compagnons ? Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat. Le Fils de l’Homme est donc maître du sabbat.

Marc 2 23-28 (Trad. Bible Bayard)

(Vignette : les épis arrachés, Ludolphe le Chartreux (fin 13° s.), BM de Lyon)

Ce n’est pas un hasard si cette péricope suit celle que nous avons d’abord étudiée. Comme au temps de David, l’heure n’est pas à jeûner ! Elle montre clairement comment Jésus se situe par rapport à la Loi.

Ne pensez pas que je sois venu supprimer la loi de Moïse et l’enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner tout leur sens.

Matthieu 5 17

(Je préfère cette traduction de la « Bible du français courant » qui explicite le sens du verbe grec plèroô - remplir, d’où compléter, achever - à la plupart des autres qui le traduisent par le terme ambigu d’ « accomplir »)

Jésus est venu réorienter la Loi sous l’éclairage du commandement suprême de l’amour. Elle doit aider l’homme à s’intégrer dynamiquement dans l’Alliance d’amour de Dieu avec son peuple et non l’enfermer dans la castration de formulations figées ou de rites accomplis pour eux-mêmes.

Dieu a d’abord créé l’homme avant d’appeler Moïse pour lui inspirer des préceptes. Le Fils de l’Homme (un fils d’homme qui hérite de tout le potentiel de l’image divine à laquelle Adam a été créé) et ses frères sont maîtres du sabbat. La Loi (celle d’hier et celle d’aujourd’hui !) doit être pétrie de notre divine humanité, reflet de la création que nous sommes appelés, comme Adam et Eve, à « remplir », achever, mener au bout de son sens, (utilisation dans la Septante du même verbe grec que dans Mt 5 17 : plèroô) :

A vous d’être féconds et multiples, de remplir la terre

Genèse 1 28

Sous l’action de l’Esprit, nous sommes conduits sans cesse à « remplir de sens » la Loi sous l’éclairage de la Loi suprême de l’amour avec les mots et les images de notre époque et de notre environnement.

Vous, vous avez été convoqués à la liberté, mes frères, mais pas à une liberté qui serve de prétexte à la chair. Non. Soyez esclaves, par l’amour, les uns des autres. Car la Loi tout entière trouve son accomplissement dans cette unique parole : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Epitre de Paul aux Galates 5 13-14 (Trad. Bible Bayard)

Quand l’habit est vieux, on ne le rapièce pas : on n’ajoute pas 613 règles, des dizaines de dogmes ou règlements canoniques, pour les adapter sur la déchirure entre la foi ancestrale et les temps nouveaux ; la déchirure ne fait alors que s’accentuer.

Pour les noces éternelles nous sommes invités à transformer l’eau des purifications antiques en un vin nouveau qui réclame un contenant nouveau sous peine d’être perdu. Ce vin bouillonne de fermentation sous l’action de l’Esprit. Il nous invite au-delà de la castration des jeûnes (latin castrare = élaguer, amputer) aux joies printanières d’une nature profuse symbole de la résurrection dans les prémices gouleyantes du Royaume.

Vers le col de Jau (Aude)

Vers le col de Jau (Aude)

De fructu operum tuorum, Domine, satiebitur terra : ut educas panem de terra, et vinum laetificet cor hominis : ut exhilaret faciem in oleo, et panis cor hominis confirmet.

(Communion grégorienne du 21° dimanche du temps ordinaire d’après Ps 103, v. 13-15)

Du fruit de tes œuvres, Seigneur, tu rassasies la terre, tu produis le pain de la terre et le vin qui réjouit le cœur de l’homme ; l’huile rend son visage radieux, et le pain réconforte le cœur de l’homme.

Lien vers le chant grégorien de cette antienne :

https://www.youtube.com/watch?v=F07sZYau_nY

Alleluia. Emitte Spiritum tuum, et creabuntur : et renovabis faciem terrae.

(1er Alleluia grégorien de la messe du jour de la Pentecôte, s’après le Ps 103, v. 30)

Envoie ton Esprit pour une nouvelle création, et tu renouvelleras la face de la terre.

Lien vers le chant grégorien de cette antienne :

https://www.youtube.com/watch?v=1yIjWgYWaU0

Dans le prochain article nous irons dans le désert … pour y jeûner ? Il s’intitulera « Man hou ».

Pressoir monumental (19° s.), Musée de l’Armagnac à Condom (32)

Pressoir monumental (19° s.), Musée de l’Armagnac à Condom (32)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article