Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hostis Herodes impie

Heureuse rencontre entre cette très belle hymne de l’Epiphanie

et les fresques de l’église romane de Vals (Ariège) !

Cette très belle hymne (1) des vêpres de l’Epiphanie et des dimanches qui suivent cette fête est due au poète latin Sedulius (Vème siècle). Elle fait partie d’une hymne plus développée formée de vingt-trois quatrains octosyllabiques qui intègre en première partie celle de l’office des Laudes de Noël « A solis ortus cardine ». Chaque strophe débute par une lettre de l’alphabet latin :

 

A solis ortus cardine …

Beatus Auctor saeculi …

Castae Parentis viscera …

Domus pudici pectoris …

Enixa est Puerpera …

Foeno jacere pertulit …

Gaudet chorus caelestium …

 

 

Hostis Herodes impie,

Christum venire quid times ?

Non eripit mortalia

qui regna dat caelestia.

 

Hérode, cruel ennemi,

pourquoi crains-tu la venue du Christ ?

Il n'enlève pas les royaumes de la terre

lui qui donne de régner au ciel.            

 

Ibant Magi, qua venerant,

stellam sequentes praeviam,

lumen requirunt lumine,

Deum fatentur munere.

 

Les mages marchaient en suivant l'étoile

qui leur montrait le chemin

à sa lumière ils reconnaissent

Dieu par leur offrande.

 

Lavacra puri gurgitis

caelestis Agnus attigit ;

peccata, quae non detulit

nos abluendo sustulit.

 

L'Agneau du ciel a touché

les eaux d'une source pure ;

en nous lavant il a enlevé

les péchés qu'il n'a pas commis.

 

Novum genus potentiae :

aquae rubescant hydriae,

vinumque iussa fundere,

mutavit unda originem.

 

Nouveau signe de puissance :

les eaux des urnes rougissent ;

sur son ordre, le vin coule,

et l'eau change de nature.

 

Avec la doxologie conclusive :

Iesu, tibi sit gloria,

qui te revelas gentibus,

cum Patre et almo Spiritu,

in sempiterna saecula. Amen.

 

Toute gloire à toi , ô Jésus,

qui te révèles aux païens;

même gloire au Père, à l´Esprit,

à travers les siècles sans fin!

Fresque romane de Vals, mur plat du chevet : l'adoration des mages

Fresque romane de Vals, mur plat du chevet : l'adoration des mages

Fresque romane de Vals (1ère travée) : la Vierge parturiente (photo initiale) et le bain de l'enfant.

Fresque romane de Vals (1ère travée) : la Vierge parturiente (photo initiale) et le bain de l'enfant.

Le texte de l'hymne

 

Le texte de Sedulius cite les 3 théophanies, signes de la puissance divine, célébrées successivement par le rite romain, à la suite de celle de la Nativité, lors de la fête de l’Epiphanie et des dimanches qui la suivent : l’adoration des Mages, le baptême dans le Jourdain et les noces de Cana.

Je fais ici le rapprochement avec ces fresques (début 12° s.) de l’église romane rupestre de Vals en Ariège que nous avons récemment étudiées. (2)

 

La scène en haut du mur plat du chevet, la moins bien conservée, représente la venue des Mages (Mt 2, 1-12) avec en particulier cette marguerite figurant l’étoile représentée sur la droite de la Vierge.

 

Dans la scène du bain (1ère travée) l’allusion au futur baptême du Christ par Jean-Baptiste dans le Jourdain est ici évidente si on se souvient qu’elle fut aussi une manifestation de sa gloire de Fils de Dieu (Mc 1, 9-11) et une annonce de notre propre baptême :

Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ (Gal 3, 27)

 

Je remarquais aussi dans cette étude des fresques que les deux anses de la cuve font penser à ceux d’un calice roman mais ceci peut s’expliquer par le fait que Jésus considérait sa passion et sa mort sur la croix comme une coupe (celle de son sang, cf. la Cène) et un baptême :

« Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé. » (Mc 10, 39)

 

Nous avons vu aussi (3) que l’épisode des Noces de Cana (Jn 2, 1-11), auquel fait allusion la quatrième strophe de l’hymne, annonce par l’eau transformée en vin celui de la cène, sang de l’Alliance nouvelle qui va être répandu pour une multitude (Lc 22, 20 ; Mc 14, 22 ; Mt 26, 28)

 

 

(1) Rappel : l’hymne chrétienne est de genre féminin tandis que celui de l’hymne antique ou national est masculin.

(2) Vals : fresques romanes sur la Nativité : http://demeuresdesirables.monsite-orange.fr/page-5c2a12ec3d90f.html

(3) Commentaire sur “les Noces à Cana” sur mon site “Bible : Parole et paroles”, dans l’article “Saine et sainte famille”, paragraphe “Né d’une femme” : http://www.bible-parole-et-paroles.com/2015/09/saine-et-sainte-famille.html

Antiphonale Romanum II, Editions de Solesmes (2009), p. 101.

Antiphonale Romanum II, Editions de Solesmes (2009), p. 101.

La mélodie grégorienne

 

Je me contente de reprendre ici le commentaire enthousiaste de Dom Joseph Gajard, ancien maître de chœur (1914-1971) de l’abbaye de Solesmes (« Les plus belles mélodies grégoriennes », Ed. Solesmes 1985, p. 56) :

« La mélodie est d’une grâce merveilleuse et toute baignée de clarté, enthousiaste en même temps que d’une réserve délicieuse, tout à fait adaptée aux paroles qu’elle revêt. Quel élan irrésistible l’emporte, depuis la première note jusqu’au début du troisième vers ! Et quelle flexibilité dans les méandres de la ligne mélodique, venant se poser tour à tour sur toutes les notes modales ! La descente progressive de l’aigu, qui remplit les deux derniers vers, n’est pas moins remarquable, avec ses gracieuses ondulations qui la reconduisent, à travers de jolies reprises de mouvement, vers la finale. Nous sommes en troisième mode ; c’en est bien partout la suavité caractéristique ; mais elle n’exclut pas, il s’en faut, la fermeté. A cet égard, la version monastique est plus significative encore, avec ses rapprochements du si bécarre et du fa, et sa splendide envolée du quatrième vers, tout illuminée par le si bécarre aigu. »

 

Ce court article montre combien la théologie, ici celle de l’Incarnation, inspire l’art iconographique et musical se conjuguant dans une véritable mise en scène liturgique, récit poétique destiné à frapper tant les esprits que les cœurs des fidèles spectateurs mais aussi acteurs. 

 

Comme interprétation j’ai choisi celle des moines de l’abbaye de Solesmes :

https://www.youtube.com/watch?v=w5Sbd6WZjdI

 

Des compositeurs ont composé des versets qui peuvent s’intercaler avec le plain-chant :

 

Pedro de Escobar (1465-1535), « Hostis Herodes impie » :

https://www.youtube.com/watch?v=d6NycRoaGZc

 

Guillaume Dufay (c.1400-1474), « Hostis Herodes »  :

https://www.youtube.com/watch?v=1VmfMToNV6g

Hostis Herodes impie

Ci-dessus, fresque romane de Vals, 3ème et dernière travée (à partir du chevet), l'ultime théophanie du Christ, à la fin des temps : la Parousie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

choriste grégorien Lourdes 28/01/2019 16:58

Merci pour cette belle étude,alliant textes, commentaires, mélodies correspondantes et cadre.
De plus la présentation du site par sa limpidité et sa richesse apaise et réconforte.
Continuez!!!
Mater Dei, ora pro nobis
Belle fête sous peu à Toulouse en l'honneur de Saint Thomas d' Aquin

28/01/2019 19:57

Merci pour ces encouragements. Je suis en effet très sensible à cet art total qu'est la liturgie. Bientôt la suite du commentaire des fresques de Vals sur : http://demeuresdesirables.monsite-orange.fr/