Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Psaume 84 (h 85)

02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre, tu as retourné le destin de Jacob ;

03 tu as ôté l’iniquité de ton peuple, tu as couvert toute sa faute ;

04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es retourné de ta grande fureur.

05 Fais-nous retourner, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.

06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d'âge en âge ?

07 N'est-ce pas toi qui te retourneras pour nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?

08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

09 J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu'il dit, c'est la paix pour son peuple et ses fidèles ;

qu'ils ne retournent jamais à leur folie !

10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et Gloire habitera notre terre.

11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ;

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice.

13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.

14 Justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.

 

La traduction est celle de la Bible liturgique légèrement modifiée en fonction des traductions et commentaires consultés. Pour les références des psaumes nous avons gardé la numérotation qui correspond à la liturgie.

Psaume 84 (h 85)

Les roses de Noël ou hellébores sont les dernières et premières fleurs de l'année ...

Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin … (Ap 22, 13)

Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice (Ps 84, 12)

 

 

Le psaume 84 célèbre le retournement de Dieu qui a apaisé sa colère (v. 4) contre l’iniquité de son peuple (v. 3) et lui accordera salut (v. 10), ses bienfaits (v. 13) qui se manifesteront par le fruit de la terre (v. 13). Derrière ce psaume 84, les chrétiens ont vu le salut apporté par Dieu par l’intermédiaire de son Fils venu sur terre et manifestant la justice de Dieu :

Justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin. (Ps 84, 14)

Mais pour vous qui craignez mon Nom, le soleil de justice brillera, avec la guérison dans ses rayons ; vous sortirez en bondissant comme des veaux à l'engrais. (Ml 4, 2)

Mais maintenant, sans la Loi, la justice de Dieu s'est manifestée, attestée par la Loi et les Prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus Christ, à l'adresse de tous ceux qui croient - car il n'y a pas de différence.  (Rm 3, 21-22)

 

Les thématiques de ce psaume le destinent particulièrement à illustrer le temps de l’Avent (voir Méditation grégorienne ci-dessous)

 

 

Compréhension

 

Plan :

-         vv. 2-4 : Dieu a déjà pardonné

-         vv. 5-8 : Demande du Salut

-         vv. 9-14 : Réponse de Dieu sous forme d’oracle

 

De nombreux commentateurs font remarquer que la première partie (vv. 2-4) montre que Dieu a déjà répondu à la demande qui sera formulée ensuite (vv. 5-8). C’est là une manifestation courante de la miséricorde de Dieu qui précède en quelque sorte la demande de ses fidèles.

Alors, avant qu’ils n’appellent, moi, je répondrai ; ils parleront encore que moi, je les aurai entendus. (Is 65, 24)

C'est pourquoi je vous dis : tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez déjà reçu, et cela vous sera accordé. (Mc 11, 24)

 

Pour commenter ce psaume nous avons fait principalement le choix de regrouper des versets en fonction de la répétition de certains mots qui peut faire sens.

Retourner

02 … tu as retourné le destin de Jacob

04 … tu es retourné de ta grande fureur.

05 Fais-nous retourner, Dieu, notre salut …

07 N'est-ce pas toi qui te retourneras pour nous faire vivre …

09 … qu'ils ne retournent jamais à leur folie !

 

Pour le v. 2 nous avons retenu la traduction de Vesco (cf. bibliographie). Voici sans doute une clé pour comprendre la logique de ce psaume. Dieu a fait retourner Jacob, c’est-à-dire Israël, de sa captivité à Babylone.

Quand le Seigneur fit retourner les captifs à Sion, nous étions comme en rêve ! (Ps 125, 1

 

Mais il n’est pas interdit d’évoquer le destin particulier de Jacob qui, après l’exil chez Laban, retrouva son frère Esaü pour des retrouvailles qui scellèrent leur réconciliation :

Ésaü courut à sa rencontre, l’étreignit, se jeta à son cou, l’embrassa, et tous deux pleurèrent. (Gn 33, 4)

Cette réconciliation est tout à fait dans la tonalité de notre psaume. Elle fait penser aussi au retour du fils « prodigue » :

Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. (Lc 15, 20)

 

Le mot « destin » choisi par Vesco signifie un « renversement de situation » laissant une ambiguïté rendue possible par le texte hébreu : « on aurait là un exemple de double ou même de triple entendre, retour signifiant à la fois changement de sort, retour de captivité et conversion spirituelle. Le Ps 85 (84) joue manifestement sur le verbe shwb. » (Vesco, op. cit. p. 773)

 

Si on délaisse de nombreuses traductions comme celle de la Bible liturgique « tu as fait revenir les déportés de Jacob » pour retenir la proposition de Vesco, ainsi s’estompe l’apparente contradiction temporelle entre l’évocation de Dieu qui pardonne à son peuple et le fait retourner à cette terre que lui-même leur a donnée et qu’il aime (vv. 2-4) et la demande de salut qui la suit (vv. 5-8).

 

De l’idée de retour d’exil géographique on passe ainsi à celle d’une réconciliation qui est aussi un retour spirituel vers Dieu ; c’est le thème central de ce psaume.

Les rapports entre Dieu et son peuple ne sont en fait qu’une suite de retournements tant de Dieu (v. 4 et 7) que des hommes (vv. 5 et 9).

"La Réconciliation d'Esaü et de Jacob"  par Pierre-Paul Rubens (1577-1640) (Photo Wikimedia commons)

"La Réconciliation d'Esaü et de Jacob" par Pierre-Paul Rubens (1577-1640) (Photo Wikimedia commons)

Colère, fureur, irritation, ressentiment

 

04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es retourné de ta grande fureur

05 … oublie ton ressentiment contre nous

06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d'âge en âge ?

 

Ces retournements successifs que nous venons d’évoquer sont largement entrecoupés, avec un vocabulaire varié, de ce qui apparaît comme la colère divine contre son peuple qui a péché. Comme l’homme peut retourner à Dieu, Celui-ci peut retourner à l’homme (v. 7) en oubliant son ressentiment et sa colère contre lui. Cette vision particulièrement anthropomorphique conduit l’homme à une certaine insistance, voire une pression « psychologique » sur Dieu qui ne saurait indéfiniment refuser la vie et la joie à son peuple :

07 N'est-ce pas toi qui te retourneras pour nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?

 

En quelque sorte l’initiative de la réconciliation dépend de Dieu (il parle de paix, v. 9). Il n’est guère question dans ce psaume d’aveu de péché de la part du peuple au nom duquel le psalmiste s’exprime (jamais en son nom personnel comme par exemple dans le Ps 50), encore moins de pénitence.

 

 

Le salut de Dieu

 

05 Fais-nous retourner, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.

 

Le salut accordé par Dieu est le retournement du destin (v. 2), le renversement de situation. Non seulement Dieu enlève l’iniquité de son peuple, c'est-à-dire le poids de son péché :

tu as ôté l’iniquité de ton peuple (Ps 84, 3)

Si un homme commet une faute … , il portera le poids de son péché. (Lv 5, 1)

 

Mais aussi le souvenir même de son péché :

tu as couvert toute sa faute (Ps 84, 3)

Idée renforcée par l’emploi de toute.

bonheurs pour qui est enlevée la rébellion, couvert le péché

(Ps 31, 1, Trad. Vesco))

 

 

08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

La demande de salut entraîne la prise de parole par Dieu et son écoute :

09 J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu'il dit, c'est la paix pour son peuple et ses fidèles ; qu'ils ne retournent jamais à leur folie !

 

Finalement ce psaume ne serait-il pas une méditation de la Parole de Dieu entrecoupée de demandes ?

 

Le salut s’exprime par une parole de paix (v. 9) qui s’oppose à la folie, c'est-à-dire un manque de discernement qui conduit à commettre le mal :

Il (Onias) voyait bien en effet que, sans une intervention royale, il était impossible d'obtenir désormais la paix publique, et que Simon ne mettrait pas un terme à sa folie. (2 M 4, 6)

 

 

10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et Gloire habitera notre terre.

 

La proximité du salut se perçoit par Gloire, présence du Seigneur personnifiée (sans article), sur sa terre dont fait partie Jérusalem et en particulier son temple :

Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. (Is 40, 5)

La gloire du Seigneur s’éleva du milieu de la ville et s’arrêta sur la montagne qui est à l’est de la ville. (Ez 11, 23)

 

08 … et donne-nous ton salut

13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.

 

A la demande de donner son salut, le Seigneur donnera ses bienfaits et comme Gloire habitera notre terre (v. 10), celle-ci donnera son fruit.

Jacquet traduit ainsi le début du v. 13 : Oui, Yhwh donnera la rosée …

Ce qui est une interprétation possible de l’hébreu ; le don divin de l’humidité assure la fécondité du sol.

Ce qui est aussi une caractéristique de la Parole de Dieu que le psalmiste médite durant ce psaume (v. 9) :

De même que la pluie et la neige descendent des cieux et n'y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j'ai voulu et réalisé l'objet de sa mission. (Is 55, 10-11)

 

Nous commençons à percevoir que le salut accordé par Dieu produit du fruit au sens concret comme spirituel.

"L'été-Ruth et Booz" par Nicolas Poussin (1594-1665) (Photo WikiArt)

"L'été-Ruth et Booz" par Nicolas Poussin (1594-1665) (Photo WikiArt)

Le retour à la terre

 

Cette idée de retourner évoque, nous l’avons déjà vu, même si ce n’est pas de manière explicite, le retour des exilés vers leur terre d’appartenance :

10 … Gloire habitera notre terre

13 … notre terre donnera son fruit

 

Terre choisie par le Seigneur qui l’aime :

02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre

 

C’est aussi par élargissement toute la terre :

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice

Car la Parole de Dieu a vocation universelle.

 

 

Amour, vérité, justice, paix

 

11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ;

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice.

 

 

Il est intéressant de rapprocher la traduction grecque de notre psaume d’un verset de Sagesse, livre qui a été écrit originellement en grec, vers le milieu du 1er s. avant notre ère soit probablement un peu plus d’un siècle après la traduction en grec des psaumes dite de la Septante. (textes grecs pour les hellénistes en annexe)

 

11 Amour (eleos= miséricorde, amour à l’œuvre concrètement) et vérité (aletheia) se rencontrent, justice (dikaiosunè= justice dans sa pratique) et paix (eirènè) s'embrassent ;

12 Vérité (aletheia) germera de la terre et du ciel se penchera Justice (dikaiosunè).

 

Ceux qui mettent en lui leur confiance (du verbe peithô=ceux qui ont confiance) comprendront la vérité (aletheia) et ceux qui sont fidèles (pistoi) demeureront auprès de lui dans l'amour (agapè=amour au sens absolu), car la grâce (charis=attitude bienveillante) et la miséricorde (eleos) sont pour ses saints et sa visite est pour ses élus. (Sg 3, 9)

 

En fait le mot héséd en hébreu est intimement lié à l’Alliance, son contenu en quelque sorte qui concerne autant les hommes que Dieu. Il est traduit habituellement par amour, miséricorde, fidélité, loyauté ; il ne représente pas seulement un sentiment, mais une qualité en action. héséd est très souvent associé à hémét (confiance, fidélité, vérité) surtout dans les psaumes pour former un concept complexe. (Nouveau vocabulaire biblique, pp. 66-67 et 151-152, cf. biblio.).

Le jeu des couleurs dans les deux textes permet de vérifier par rapprochement les différentes nuances de sens telles qu’elles apparaissent en grec.

 

11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ;

La relation de Dieu et de l’homme ne peut être harmonieuse (paix) que dans la vérité et la justice (vérité traduite dans les faits). On peut d’ailleurs remarquer le chiasme qui met en valeur les termes à rapprocher a-b-b’-a’

 

Ce premier chiasme est confirmé par un second :

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice.

La germination de la Vérité comme une plantule qui se dresse rejoint Justice (attribut divin : « C'est un Dieu fidèle et sans iniquité, il est Justice et Rectitude », Dt 32, 4) qui se penche du ciel. La rencontre de Vérité et justice a pour effet la fécondité de la terre.

A-B-B’-A’

 

Ce que confirme le verset 13 de notre psaume qui forme un troisième chiasme avec le verset 12 :

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice.

13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.

 

Ces constructions en chiasme successives donnent une grande force au propos qui cherche à démontrer l’interaction au sein de l’Alliance entre amour, vérité, justice et paix.

Je ferai de toi mon épouse pour toujours, je ferai de toi mon épouse dans la justice et le droit, dans la fidélité et la tendresse ; je ferai de toi mon épouse dans la loyauté, et tu connaîtras le Seigneur. (Os 2, 21-22)

 

14 Justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.

 

Ce verset rappelle évidemment la nuée qui précédait les hébreux cheminant dans le désert :

Yahvé marchait avec eux, le jour dans une colonne de nuée pour leur indiquer la route, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils puissent marcher de jour et de nuit. (Ex 13, 21)

 

Ici, Justice, personnifiant Dieu, précède son peuple et lui laisse les traces de ses pas pour le guider. Elle marche comme un héraut précédant un roi :

Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. (Is 58, 8)

 

Comme nous l’avons vu plus haut, la mise en œuvre de la justice est source de fécondité et de prospérité :

Je marche dans le chemin de la justice, dans le sentier du droit, pour procurer des biens à ceux qui m'aiment, et remplir leurs trésors. (Pr 8, 20-21)

 

Sur le sentier de la justice : la vie ; le chemin des pervers mène à la mort. (Pr 12, 28)

 

Ce psaume est placé sous le signe du retour, retour de l’exil, mais aussi retour à Dieu en suivant les pas de sa Justice, au sein d’une Alliance où amour et vérité se rencontrent. Alors pourra naître le Prince de la Paix annoncé par Isaïe et attendu pendant tout ce cheminement de l’Avent :

Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ». (Is 9, 5)

 

Nativité. Icône

Nativité. Icône

Méditation en forme d’échos

 

02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre, tu as retourné le destin de Jacob ;

 

Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays, ni leur bras qui les rendait vainqueurs, mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face, car tu les aimais. (Ps 43, 4)

La passion que Dieu éprouve pour sa terre se confond avec celle qu’il a pour son peuple auquel il l’a donnée et vers laquelle il cherche à le faire revenir malgré ses errements. Les Hébreux n’on pas eu à (re)conquérir cette terre qui leur a été offerte par Dieu par pure grâce.

 

 

03 tu as ôté l’iniquité de ton peuple, tu as couvert toute sa faute ;

04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es retourné de ta grande fureur.

 

Et lui, miséricordieux, au lieu de détruire, il pardonnait ; maintes fois, il retint sa colère au lieu de réveiller sa violence. (Ps 77, 38)

Cette terre où coulent le lait et le miel (Ex 3, 7-8) représente l’harmonie d’une relation retrouvée avec Dieu qui pardonne là encore par pure grâce ; le Christ manifestera la grâce de Dieu sur terre, et le renouveau de son Alliance, en faveur cette fois-ci de la multitude.

Mais il n'en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ. (Rm 5, 15)

 

 

05 Fais-nous retourner, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.

06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d'âge en âge ?

 

Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère, mais à entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons en train de veiller ou de dormir. (1 Th 5, 9-10)

 

07 N'est-ce pas toi qui te retourneras pour nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?

08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

 

‘’ Les livres de l’Ancien Testament avaient annoncé la joie du salut, qui serait devenue surabondante dans les temps messianiques. Le prophète Isaïe s’adresse au Messie attendu en le saluant avec joie : « Tu as multiplié la nation, tu as fait croître sa joie » (Is 9, 2). Et il encourage les habitants de Sion à l’accueillir parmi les chants : « Pousse des cris de joie, des clameurs » (Is 12, 6).

Qui l’a déjà vu à l’horizon, le prophète l’invite à se convertir en messager pour les autres : « Monte sur une haute montagne, messagère de Sion ; élève et force la voix, messagère de Jérusalem » (Is 40, 9). Toute la création participe à cette joie du salut : « Cieux criez de joie, terre, exulte, que les montagnes poussent des cris, car le Seigneur a consolé son peuple, il prend en pitié ses affligés » (Is 49, 13).

Voyant le jour du Seigneur, Zacharie invite à acclamer le Roi qui arrive, « humble, monté sur un âne » : « Exulte avec force, fille de Sion ! Crie de joie, fille de Jérusalem ! Voici que ton roi vient à toi : il est juste et victorieux » (Za 9, 9). Cependant, l’invitation la plus contagieuse est peut-être celle du prophète Sophonie, qui nous montre Dieu lui-même comme un centre lumineux de fête et de joie qui veut communiquer à son peuple ce cri salvifique. Relire ce texte me remplit de vie : « Le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur ! Il exultera pour toi de joie, il tressaillera dans son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie » (So 3, 17). ‘’ (Pape François, Evangelii gaudium, n°4)

"La danse du temps" par Nicolas Poussin (1594-1665) (Photo WikiArt)

"La danse du temps" par Nicolas Poussin (1594-1665) (Photo WikiArt)

09 J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu'il dit, c'est la paix pour son peuple et ses fidèles ; qu'ils ne retournent jamais à leur folie !

10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et Gloire habitera notre terre.

 

Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » (Lc 2, 28-32)

Nous qui sommes donc devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. (Rm 5, 1-2)

 

 

11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ;

 

Je ferai de toi mon épouse pour toujours, je ferai de toi mon épouse dans la justice et le droit, dans la fidélité et la tendresse ; je ferai de toi mon épouse dans la loyauté, et tu connaîtras le Seigneur. (Os 2, 21-22)

 

Justice et droit sont l'appui de ton trône. Amour et Vérité précèdent ta face. (Ps 88, 15)

 

Avec nous seront grâce, miséricorde, paix, de la part de Dieu le Père et de la part de Jésus Christ, le Fils du Père, en vérité et amour. (2 Jn 1, 3)

 

 

 

12 Vérité germera de la terre et du ciel se penchera Justice.

13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.

 

Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela. (Is 45, 8)

Le Seigneur se retournera (vv. 4 et 7) et il enverra la rosée (traduction possible bienfait ou rosée, don divin de l’humidité) fera donner son fruit à la terre. Les bienfaits du salut ne sont plus réservés par Dieu à son seul peuple ; il est Seigneur de l’univers.

 

Mais maintenant, moi, je n’agis plus comme aux jours passés pour le reste de ce peuple – oracle du Seigneur de l’univers. Oui, il y aura une semence de paix : la vigne donnera son fruit, la terre donnera son produit, le ciel donnera sa rosée. J’accorderai tout cela en partage au reste de ce peuple. (Za 8, 11-12)

 

Et il disait : « Il en est du Royaume de Dieu comme d'un homme qui aurait jeté du grain en terre : qu'il dorme et qu'il se lève, nuit et jour, la semence germe et pousse, il ne sait comment. (Mc 4, 26-27)

 

« La vérité est née de la terre, et la justice a regardé du ciel ». « La vérité est née de la terre », c’est le Christ qui est né d’une femme. « La vérité est née de la terre », c’est le Fils de Dieu issu de la chair. Qu’est-ce que la vérité ? Le Fils de Dieu. Qu’est-ce que la terre ? La chair. Cherche d’où est le Christ, et tu verras que « la vérité est née de la terre ». (Saint-Augustin, Discours sur le psaume 84)

 

 

14 Justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.

 

Jean-Baptiste est le prophète qui annoncera le Sauveur :

Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés, grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. » (Lc 1, 76-79)

 

Ainsi parle le Seigneur : Observez le droit, pratiquez la justice, car mon salut approche, il vient, et ma justice va se révéler. (Is 56, 1)

 

 

La fin de ce psaume donne la vision cosmique d’une terre rejointe par le ciel où les humains se trouvent à la fois réconciliés avec Dieu, entre eux et avec la nature. La relation droite qu’ils entretiennent entre eux et avec Dieu, dans la justice et la vérité, apporte la paix, une nature féconde et la prospérité. C’est là une bien belle méditation que nous partage le Pape François :

 

Dans le récit concernant Caïn et Abel, nous voyons que la jalousie a conduit Caïn à commettre l’injustice extrême contre son frère. Ce qui a provoqué à son tour une rupture de la relation entre Caïn et Dieu, et entre Caïn et la terre dont il a été exilé. Ce passage est résumé dans la conversation dramatique entre Dieu et Caïn. Dieu demande : « Où est ton frère Abel ? ». Caïn répond qu’il ne sait pas et Dieu insiste : « Qu’as-tu fait ? Écoute le sang de ton frère crier vers moi du sol ! Maintenant, sois maudit et chassé du sol fertile » (Gn 4, 9-11). La négligence dans la charge de cultiver et de garder une relation adéquate avec le voisin, envers lequel j’ai le devoir d’attention et de protection, détruit ma relation intérieure avec moi-même, avec les autres, avec Dieu et avec la terre. Quand toutes ces relations sont négligées, quand la justice n’habite plus la terre, la Bible nous dit que toute la vie est en danger. C’est ce que nous enseigne le récit sur Noé, quand Dieu menace d’exterminer l’humanité en raison de son incapacité constante à vivre à la hauteur des exigences de justice et de paix : « La fin de toute chair est arrivée, je l’ai décidé, car la terre est pleine de violence à cause des hommes » (Gn 6, 13). Dans ces récits si anciens, emprunts de profond symbolisme, une conviction actuelle était déjà présente : tout est lié, et la protection authentique de notre propre vie comme de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice ainsi que de la fidélité aux autres. (Pape François, « Laudato Si », n° 70)

Psaume 84 (h 85)

« L’Automne » est une des « Quatre Saisons » peintes par Poussin au soir de sa vie. On y voit les envoyés de Moïse rapportant de Canaan, la Terre promise des Hébreux, les fruits attestant de la fertilité de cette terre (Nombres, 13). (Musée du Louvre , Photo WikiArt)

Méditation grégorienne

 

L’aspect eschatologique du salut de Dieu présent tout au long de ce psaume 84 le destine particulièrement à une utilisation dans le répertoire de l’Avent.

-         Offertoire « Benedixisti domine » du 3ème dimanche (V. 2 et début du verset 3) :

Benedixisti Domine terram tuam, avertisti captivitatem Iacob,

Remisisti iniquitatem plebis tuae

https://www.youtube.com/watch?v=GGHCdK7xE5w&t=6s

 

-         Offertoire « Deus tu convertens » du 2ème dimanche (vv. 7-8) :

Deus tu convertens vivificabis nos et plebs tua laetabitur in te ;

Ostende nobis Domine misericordiam tuam et salutare tuum da nobis

https://www.youtube.com/watch?v=gqQc9uXJh7w

 

-         Alleluia « Ostende nobis » du 1er dimanche (v. 8) :

Ostende nobis Domine misericordiam tuam et salutare tuum da nobis

https://www.youtube.com/watch?v=5VtrtohX4Zk

 

-         Graduel « Ostende nobis » (vv. 8 et 2) du 5ème jour de la dernière semaine de l’Avent :

Ostende nobis Domine misericordiam tuam et salutare tuum da nobis

Benedixisti Domine terram tuam, avertisti captivitatem Iacob

https://www.youtube.com/watch?v=wyg1o1lOvOQ&t=2s

 

-         Introït « Loquetur Dominus » de la semaine du 34ème dimanche du temps ordinaire (vv. 9 et 2) :

Loquetur Dominus pacem in plebem suam et super sanctos suos

et in eos qui convertuntur ad ipsum.

V/ Benedixisti Domine terram tuam, avertisti captivitatem Iacob

https://www.youtube.com/watch?v=two6KlFPOPs

 

-         Communion “Dominus dabit” du 1er dimanche de l’Avent (v. 13) :

Dominus dabit benignitatem et terra nostra dabit fructum suum

https://www.youtube.com/watch?v=684BT3ckNMQ

Psaume 84 (h 85)

Annexe

 

Les textes en grec

Ps 84

11 ἔλεος καὶ ἀλήθεια συνήντησαν δικαιοσύνη καὶ εἰρήνη κατεφίλησαν

12 ἀλήθεια ἐκ τῆς γῆς ἀνέτειλεν καὶ δικαιοσύνη ἐκ τοῦ οὐρανοῦ διέκυψεν

 

Sg 9, 3

οἱ πεποιθότες ἐπ' αὐτῷ συνήσουσιν ἀλήθειαν καὶ οἱ πιστοὶ ἐν ἀγάπῃ προσμενοῦσιν αὐτῷ ὅτι χάρις καὶ ἔλεος τοῖς ἐκλεκτοῖς αὐτοῦ

 

Ce dernier passage est intéressant car il rapproche les trois termes de fidélité (pistoi : les fidèles ou ceux qui ont la foi, qui mettent leur confiance), grâce (charis) et miséricorde (eleos).

Toi, Seigneur, Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, plein d'amour et de vérité ! (Ps 85, 15)

 

 

D’autres musiques sur ce psaume

 

Psaume 84 par les moines de l’abbaye d’En Calcat : https://www.youtube.com/watch?v=qhhOS11Dk00

 

Psaume 84 sur une musique de Joseph Gélineau chanté par « Les Petits Chanteurs de Choisy-le-Roi » (avec refrain)

https://www.youtube.com/watch?v=j1QUlEMXHv8

 

Chœur des Sœurs de l'Abbaye d'Echourgnac : https://www.youtube.com/watch?v=xFSjFYSngkU

 

Par les fraternités monastiques de Jérusalem :

https://www.youtube.com/watch?v=HjT7s22FBNQ

 

Par la communauté monastique de Taizé :

https://www.youtube.com/watch?v=GVx8oQ-wMW0

 

Extraits par l’ensemble vocal Exsultent caeli (musique JP Lécot) :

https://www.youtube.com/watch?v=eHzz-nEiT8s

 

Lecture du psaume 84 (extraits) sur fond de vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=qC1TgOUYfuU

ou https://www.youtube.com/watch?v=Hdy_ldGBKqQ

Psaume 84 (h 85)
Psaume 84 (h 85)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article